samedi 31 décembre 2011

Nouvel An lumineux - Leugny 1664/1665


1- ceste année mil six cent soixante
 2- quatre a esté remarquable par une
 3- estoille extaordinaire qui a commancé
 4- de paroistre par toute la France des le
 5- commancement de novembre; et a duré
 6- jusques a la fin de decembre, se levant
 7- sur les une a deux heures apres minuit
 8- vers le lever du soleil les jours d'hyver
 9- un peu au dela du tropique du capricorne, la comeste estoit un peu
 10- esmoussée qui la faisoit paroistre plus grosse
 11- que les autres, et poussoit vers sa droite entre
 12- le septentrion et le couchant une queue
 13- fort longue, et plus brillante que l'estoille
 14- mesme, s'ecartant sur la fin a la facon
 15- de la queue d'une arondelle; a son tour
 16- on appercevoit ceste queue en l'air de toutte
 17- sa longueur avant que l'estoille parust
 18- en maniere d'aurore, et pendant le temps
 19- clair on la voioit jusques a ce que le jour
 20- par sa lumiere cachast l'estoille et sa queue
 21- avec les autres estoilles, aussi que son coucher
 22- arrivoit sur ce temps la, elle estoit au
 23- dela du zodiaque vers le pole antarctique
 24- qui faisoit qu'elle estoit si peu de temps sur
 25- ma horizon. ses causes et les presages
 26- quelle signifie; seront desclaré par les
 27- astrologue; jestimois que ce seroit une
 28- estoille de firmament qui se rencontroit
 29- en sa lumiere avec quelques uns des signes
 30- du zodiaque qui la feroit rejaillir du
 31- costé ou elle se rencontre plus vinrent
 32- peu de froid encor jusques au dernier
 33- de l'an sans glace ni neige.

 deuxième acte à doite en bas à cheval sur les deux colonnes
 1- au commancement de lan 1665 il parut encore
 2- une autre comeste sur le jour couchant un peu
 3- plus avancé que la Calliopsée Poussiniere
 4- et pas du tout si elevé sur ma horizon
 5- dont la queue regardoit le levant, et ne paroissoit pas beaucoup longue saprochant
 6- peu a peu de la ligne equinochialle vers le tropique du cancer et finit a ma veüe 
7- par la clarté de la lune qui se trouva au mesme lieu environ le 22 ou 23 jan(vie)r
 8- au mesme temps ma riviere glaça de bord en bord, et passa-on dix ou
 9- douze jours dessus librem(en)t et mesme des montures jusques au 26 ---------------------
 Source : Leugny-BMS-1649-1669-vue 61
 ----------------
Relevé par Gloria Godard
Paléographie : Thierry Péronnet.
----------

dimanche 18 décembre 2011

Lulu a lu la revue du CGP.


C'est Herage qui s'invite au premier café du dimanche matin. On l'attend, avec plus ou moins de patience, elle traverse les océans, et arrivée à bon port, on la savoure, que va-t-elle encore nous apprendre de nous et du Poitou ? 

Hérage revient sur Trente ans à la Une , l'évènement majeur de l'année, photos souvenir à l'appui. Thierry Chestier à la barre, le CGP a le vent en poupe ! 


Ici, dans ma maison, certains ont le pied marin, si ça vient de loin ce n'est ni de Sanxay, ni de Naintré, car à première vue et sans longue vue, ils ne cousinent pas avec Tabarly. Et vous ? 


Hissons les voiles ! 
Des jours d'Angles....
 Un travail époustouflant de patience et de précision, qui trouve encore dans la région ses passionnées (je crois que je peux mettre un "e" le féminin dans ce domaine l'emporte largement). Une chatelleraudaise avait gagné l'an passé le prix de meilleur ouvrier de France (si mes souvenirs sont bons) pour un ouvrage de jours d'Angles. 



Revenons sur terre. 
Le curé d'Archigny, à une portée de charrette de Prinçay, médite sur la météo et ses conséquences néfastes sur les cultures en cette année 1788. Ah ces curés bavards ! Sociologues, philosophes, météorologues, archéologues, historiens à leurs heures on les imagine à la bougie faire acte de mémoire. Le curé d'Archigny promet de continuer sa chronique en 1789, je ne sais pas encore quel sort lui  réservera le comité de surveillance révolutionnaire


Assis à  Genouillé,  
berceau des Godard, 
 les hommes sont Potiers, 
De génération en génération,
 de l'époque gallo-romaine aux années 1930 !
Poteries, fours, les traces sont partout. Dans la terre, dans les mots : Le Champ de la Poterie, Le Champ de Cassepot. A la Boissière surtout, mais aussi à La Combe, le berceau des Godard, chez qui hélas je n'ai pas trouvé trace de vaisselle tournée ou cassée ! 


Répertoire des abjurations de Saint Didier, article sur le village de Verrue (fusionné à Monts sur Guesnes après la révolution), catalogue de la bibliothèque du Cercle...

 Ce sommaire riche est une bonne raison de renouveler son adhésion au CGP pour ne manquer, ni la prochaine revue, ni la prochaine rencontre !  Pour simplifier la vie des bénévoles, il faut envoyer son chèque avant le 15 Janvier. Le facteur emportera le mien demain. 
Bon dimanche ! 

vendredi 16 décembre 2011

La Terreur gagne les villages - CSR Poitiers - 11 Octobre 1793



Séance du 11 Octobre. 
On envisage d'arrêter le maire de Jaunay-Clan sans le nommer pour complicité avec le juge de Paix Guyot. Ont entravé le travail des citoyens pour la république et aurait abrité le curé Gervais


Séance du 13 Octobre. 
Jean Rouillon, maire de Gizay, demande d'arrestation et de conduite à la maison de la Visitation. 
Le comité a écrit à la municipalité de St Benoit, et de Quinçay pour la requérir de faire arrêter tous les déserteurs qui seront trouvés sur son territoire. 

Séance du 15 Octobre. 
Bonneau et Martineau d'Availles Limouzine se sont évadés. Ils étaient détenus pour avoir résisté au recrutement. 
La municipalité de Migné a fait arrêter deux fuyards.


Séance du 16 Octobre. 
Membres présents : Thibaudeau, Planier, Hindré, Barbot, Giraud, Bobin, Maltête. 

-Ordonne à la municipalité de Saint Savin de s'enquérir  du ministre du culte qui leur a été dénoncé comme CR et de le faire arrêter. 

------------
Et ce n'est qu'un début....

Odor'Hante.... ( Echo à Mémoire Vive)


Cent heures d'enfance
Nez nu phare, 
Des mains de mère dans mes cheveux, mes joues mon dos, des matins pressés d'écoliers,
 pupitre de bois, encrier ouvert, pleins et  déliés


Nez faste,  taches sur les accords oubliés du participe passé,
Nez Gosse, découpages sages  de jeudis pluvieux
Aux Nez... bouchés.
.

Art homme,  marc de café,
traçant  mille et une nuits, odeurs et gouts mêlés. L'art d'être grand-père.


Nez bulleux vertiges  de printemps... L'art d'être grand-mère.


Nez Jeu, perdue dans un grenier,  lire les yeux fermés le temps passé


Nez faste, adolescence et liberté capitale.

Nez Sens, donner la vie, et s'y blottir ensemble.


Et Sens Elle !
"ça sent maman".
Disent mes Mustela




Beau sujet, que celui-ci et si bien évoqué dans Mémoire Vive !
Si beau sujet qu'il s'invite sur les deux blogs.
A vos fragrances d'enfance !

Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

mardi 13 décembre 2011

Ah les filles, ça ira, ça ira....CSR 4/10 Octobre 1793



De Mirebeau à Sillars, en passant par Pouzioux, elles rendront marteau la justice révolutionnaire ! 
-----------
4 0ctobre 1793
LAMARQUE, administrateur du district de Poitiers a été introduit dans la salle du Comité de Surveillance Révolutionnaire le 4 Octobre 1793. Il raconte que se présentant à MIREBEAU pour réquisitionner les citoyens tenus de partir en masse, il fut assailli par une troupe de femmes, qui menaçaient ses jours et qu'il ne dut son salut qu'à la fermeté et au courage du citoyen Le COUVREUR gendarme qui parvint à le délivrer de leurs mains. Il a ajouté que d'après le rapport qui lui a été fait, la femme du Juge de Paix du canteau de Mirebeau se trouvait à la tête de cet attroupement, armée de deux pistolets, il assure aussi s'être présenté à la municipalité pour faire part de ce qui venait de lui être fait et que les officiers municipaux lui avaient répondu qu'ils n'y pouvaient mettre empêchement....

Où l'on salue la grande sagesse des officiers municipaux de Mirebeau ! *

----------


6 Octobre 1793 :

 Lecture d'une lettre du comité de surveillance au comité de surveillance qui craint que les paroisses de Sillars et Pouzious ne se mettent en révolte ouverte. Les malheureux habitants étaient séduits et égarés par deux femmes dont les parents et maris sont émigrés. On envoie huit hommes avec à  Le Carlier leur tête qui  conduit le détachement et a tout pouvoir. Les  deux femmes au village de Sillars Chaud la Randrie et Mangin, sont arrêtées et emprisonnées à Poitiers. 

Huit hommes pour deux femmes... La révolution est en marche !
-----------
9 Octobre 1793 au matin :

De nombreuses pétitions signalent au comité un grand nombre de nobles ou de familles émigrées où il y a des enfants en bas âge. 
On demande que ces enfants soient exceptés de la réclusion prononcée par la loi du 17 Septembre parce que attendu leur bas âge, ils ne peuvent avoir donné des preuves de leur attachement à la constitution, mérité ni démérité de la patrie et que d'ailleurs tous ces enfants ne pourraient habiter les maisons de détention sans danger pour leur santé et sans une grande incommodité pour l'ordre à tenir dans ces maisons. 
Avis sera donné. 

Le Comité Révolutionnaire dit halte à la garderie ! ...
--------------

 10 Octobre 1793
Appel est fait à créer des ateliers pour y coudre des uniformes pour les soldats réquisitionnés. Appel à tous les citoyens à l'enthousiasme républicain...C'est le citoyen Malteste qui se charge de cette intendance. 

Douce France, Papa pique et Maman coud, version carmagnole.
----------

Salut et Fraternité ! 
*Les délires de Lulu sont en italique, le reste  est d'époque ;-)
Source : ADV L 464. 

Vivre et Mourir à Leugny (86) - 1690.



C'est le décès d'Anthoinette Porche, 


la femme du boulanger Jacques ALARD qui endeuille le village en ce début Janvier 1690, mourir à  24 ans d'une fausse-couche.  Le curé Godin note de temps en temps les causes de la mort de ses paroissiens, plus souvent lorsqu'il s'agit d'adultes. En Janvier toujours,


 la jeune MORICHEAU meurt à 14 ans d'un fièvre continue. Dès la fin de l'hiver les naissances sont nombreuses, 5 par mois de Mars à Mai, et peu de décès de tout petits.


Juillet n'épargne pas des affections pulmonaires, peut-être tuberculeuses. Louis NAU 36 ans est emporté en 6 jours et Jean Poirier du poumon également quelques jours plus tard. 


En Aout,  Le petit Michel Hugreau 7ans, se noie dans l'étang de la forêt.


Il y aura eu cette année-là 35 naissances et 25 décès, dont seulement 6 nourrissons de moins de un an.
La vie aura été plutôt douce à Leugny ! 
-------------

Tous ces actes seront de la prochaine mise à jour des Archives Insolites de la Vienne. 

lundi 12 décembre 2011

CSR Poitiers - 21/09/1793. Savatier et Montaubin Chatellerault.



21 Septembre 
Il est observé que pour la tranquilité publique et le bien général que toutes les ci-devant religieuses ainsi que leurs pères, mères, frères et soeurs et enfants des émigrés se retirassent dans leurs municipalités respectives. 


Note de Lulu : l'intendance sature...
-------------------
22 septembre 

Affaire SAVATIER et  MONTAUBIN : D'après le rapport fait au comité d'une lettre écrite par les deux administrations de Châtellerault et adressée aux comissaires de canton de ce district à l'armée de Thouars, d'après laquelle il parait que leur projet était de ne plus faire passer de vivres  à l'armée et dans laquelle ils insistaient d'une manière indécente sur le départ de leurs frères qui étaient à Thouars. 
Le comité étonné d'une pareille conduite et voulant réprimer de pareils abus, a arrêté que sur le champ il sera écrit aux corps constitués de Châtellerault, et que les citoyens MONTAUBIN procureur syndic et SAVATIER officier municipal de la dite ville seront mandés de suite pour rendre compte de leur conduite. 

------
24 Septembre. 




Interrogatoire de Montaubin qui se dit plus malheureux que coupable, qu'il avait signé la lettre sans l'avoir lue, qu'il a été violenté par une troupe de

CINQ CENTS femmes, 
il lui avait été impossible de résister à la force, qu'il priait le comité de juger de sa position, et qu'il promettait à l'avenir, plutôt mourir à son poste que de se laisser aller une autre fois au sentiment de la crainte.
 
Le citoyen Montaubin retiré, le comité a pensé qu'il était nécessaire de prendre un arrêté qui put en imposer aux citoyens qui dévolus d'une autorité qu'ils ne savent pas faire respecter, mettent à chaque instant la chose publique en danger. 
Montaubin n'aura plus le droit de signer etc etc...

Note de Lulu :Pour l'instant c'est la Terreur Light, mais on sent bien que Montaubin n'en menait pas large, ni avec les Gaillardes Châlleraudaises ni avec le club du CSR....
-------------
Source L 464. 

dimanche 11 décembre 2011

Lulu a lu la Revue Française de Généalogie Décembre.


Petit déjeuner revue de presse.
Je ne me suis toujours pas abonnée, je l'achète  au village, pour que les journaux restent au village, comme les boulangeries, les postes.  Bonneuil, Vouneuil, Availles ou Cenon, sur ma route. A Bonneuil, je prends un p'tit Nougat de Moulière pour tremper dans mon café, à Vouneuil je salue Camille (Guérin) et  Charles (Martel), à Availles j'ai la meilleure baguette du Poitou, à Cenon les plus gros éclairs au café du Centre Ouest....

A la Une les logiciels de généalogie. Je reste fidèle au mien qui n'est pas cité, tanpis, Ancestrologie, pas cher, je le connais par coeur, je lui fais faire ce que je veux.

Les entreprises Centenaires, une tendresse particulière pour les p'tits LU bien sur, Lulu oblige. A Availles l'huilerie Lepine qui nous distille chaque année l'or des noyers du village, a fêté l'an passé son bicentaire !

La mémoire des sons, orale, précieuse, si difficile à capter, trucs et astuces, mais aussi les archives à écouter sur internet. A lire pour mieux écouter.


Tiens un article sur les prénoms singuliers et leurs dégâts... Avec mon prénom, et une entreprise (probablement centenaire) de lait concentré non sucré, j'en ai bavé dans les cours de récré, de ne pas m'appeler Catherine ou Marie-Christine... Mais j'ai aussi eu quelques heures de gloire, et les hommages talentueux accompagnant mon adolescence, m'ont réconciliée avec...
  Gloria,
presque un patronyme,
 je n'en ai jamais croisé d'autre à l'école de ma République.

Fichés !
Aurais-je le temps d'aller voir cette expo ? Ce serait vraiment dommage de passer à coté !

J'hallulucine !! Sophie Boudarel est citée dans l'Edito ! J'y suis pour rien mais je suis fière !  Il faut dire que le mois dernier, les généalogistes avaient été habillés pour l'hiver dans la presse avec une belle unanimité panurgesque, laissant supposer qu'aucun des auteurs n'avait lu l'étude qu'ils s'empressaient de commenter. Dans un article très pertinent La Gazette des Ancêtres leur avait remonté les bretelles. La RFG revient sur le sujet.


Clément le carabin, jeune, beau, intelligent apporte la preuve par neuf que les fouilleurs d'archives ne sont pas tous tremblotants et ventripotents.


A chaque revue son trésor, trouvez le votre. Ce mois-ci, le mien est dans les dernières pages, retour sur la Retirada, le bel article du mois dernier. Aline Angoustures, chef de la Mission Histoire et Exploitation des Archives de l'OFPRA, nous signale que 130000 dossiers de réfugiés espagnols sont à  l'Office Français de protection des réfugiés et Apatrides (OFPRA). Elle laisse même le numéro de téléphone et son adresse mail.

Bonne pioche ! Merci la RFG !


samedi 10 décembre 2011

Vivre et mourir à Leugny (86) 1690/1699.


Les loups mènent à tout surtout lorsque les curés sont bavards. 
Pourquoi les curés d'hier étaient-ils parfois si bavards
Va savoir ?
Médecin, sociologue, humaniste, historien, détenteur averti d'un savoir à transmettre ?
 Qui est l'abbé Godin, 
Qui fait aujourd'hui le bonheur de l'amateur d'archives
On m'avait averti du coté de Leugny, 
d'une naissance très particulière, 
autour de la période des loups.
Par l'odeur alléchée, 
J'ai feuilleté le registre, page après page. 
J'en ai appris des choses sur la vie et la mort à Leugny ! 
Alors j'ai photographié, j'ai noté, j'ai compté. 
J'ai laissé Godin me guider. 

Les naissances, les jumeaux, les accouchements difficiles. 

Les décès, les maladies, les noyades, les accidents, les tout-petits de moins d'un an, les enfants, les adultes. 
Les années remontent, doucement, 
parfois un retour vers le futur,
et toujours pas cette fameuse naissance...
1696,1699, 1695...


1,3 millions de morts en France, dus à la conjonction de plusieurs phénomènes climatiques :  l'été trop pluvieux de 1693 et le terrible froid de l'hiver 1694. 
Disette, typhoïde, fièvres putrides, malignes...
La natalité chute, le peuple meurt épuisé. 
Tout ça en détail avec photo des actes dans les jours qui viennent. 
Pour mémoire.