samedi 7 janvier 2012

1789 - Etats Généraux et Hiver à Anché (86)

Dans son bilan de fin d'année, Bernardeau, Curé d'Anché, accueille les Etats généraux avec enthousiasme et nous détaille les étapes de ce bouleversement qui survient après un hiver exceptionnellement rude. Le curé d'Anché y voit un record absolu de froid. 1709 a sans doute été pire, mais  l'année des Etats Généraux , l'hiver fera l'objet de très nombreuses mentions dans les registres, indissociable du mouvement qui gronde. 
---------------------------------


C'est en cette année 1789 que les etats generaux ont
été convoqués, époque heureuse pour la nation qui s'est
vue régénérée, étant tombée dans le plus grand
anneantissement.
---
En marge en haut de la page.
4 may 1789
nota le roy
a substitué au
terme d'états
genearux (un mot rayé)
la denomination
d'assemblée
nationale. Cette
assemblée nationale
a donné occasion
a beaucoup de
troubles et de
désordres, paris
s'est vu menacé
d'une entière subversion.
--------

Cette meme année on a éprouvé l'hyver le plus rude
qu'on ait jamais éprouvé de mémoire d'homme il avait
été précédé par une grande secheresse aussi pendant
ce tems la, les rivières les puits et les fontaines ont
presque taris; on a été dans le plus grand embarras
pour abreuver le Betail, la glaie se montrait par
tout fort épaisse ; les bleds heureusement ont été
conservés par la neige qui a duré sept semaines. Le
froid s'est fait sentir violement pendant trente six
jours de suitte et le thermometre est descendu dix
huit degrés au dessous du zero. Le bled a valû beaucoup
d'argent, ayant manqué l'année precedente : le froment
a monté jusqu'à onze et douze livres la quarte ; le vin n'a
pas été cher, un louis dix écus la barique. Je donne
avec plaisir cette note, elle mérite d'être conservée.
Bernardeau Curé d'Anché.
--------
En marge :
nota. environ la
st jean de cette même
année, le bled est
devenu très rare
et n'avait pas de
prix.
L'assemblée des trois ordres de la province s'est tenue
à poitiers le 16 du mois de mars 1789. jamais assemblée
n'a été plus belle et poitiers si brillant, tout s'est
passé sans tumulte et les trois ordres ont déliberés
cachun separement.
L'année 1789 est l'année des grandes épôques (+), un hiver des plus
cruels, le bled est monté au plus haut prix, une guerre
intestine dans la capitale et dans plusieurs provinces a
l'occasion des états généraux et chose plus funeste encore on
on a vu la moitie de la nation prendre les armes par une peure
dont on n'a pu deviner la cause.
-----
(+) : (en marge) la moitié des noyers et des chateniers ont gelés.
--------
Source ADV Anche BMS 1785/1792 page 53. 
_____________________

Pour tout savoir sur les Etats généraux en images c'est par là :



jeudi 5 janvier 2012

Quand le CSR doute - Poitiers - 16 Octobre 1793.


Séance du 16 Octobre. 
Membres présents : Thibaudeau, Planier, Hindré, Barbot, Giraud, Bobin, Maltête. 



- Lettre aux représentants des communes près l'armée des côtes de la Rochelle :








"Le comité a écrit aux représentants pour les instruire qu'il poursuit sans relâche les aristocrates, qu'il fait guerre ouverte aux modérés, ainsi qu'aux administrations et magistrats perfides du peuple que déjà les prisons sont remplies de gens suspects, de maires, juges de paix, qu'il a écrit aux six districts de ce département de faire préparer les bâtiments pour les gens déclarés suspects par la loi du 12 Aout et du 17 septembre, qu'il se disposait aussi à faire partir pour Châteauroux les prêtres détenus, lorsque quelques papiers nouvelles lui ont annoncé un décret de la Convention nationale qui condamnait à la peine de mort tout prêtre qui n'aurait pas prêté le serment de l'égalité et de la liberté; pour quoi il a suspendu leur transport jusqu'à ce qu'il lui ait été assuré par eux que la loi dont il est question n'existe pas. 







Il leur communique l'embarras où il se trouve quant à l'execution  de la loi du 12 Aout et du 17 septembre  dernier qui exige la détention des parens d'émigrés, vu qu'il en est beaucoup d'un âge avancé, accablés d'infirmités; d'autres , les mères surtout qui ayant 4, 5 ou 6 enfants  en bas âge, demandent avec instance de n'en être pas séparées : il croit qu'on pourrait laisser les uns et les autres en arrestation dans leurs maisons, sous la garde de quelques pères de famille payés par eux.






Le comité leur observe encore que depuis longtemps il leur a demandé la prolongation de son existence, et que s'il ne se fût pas cru suffisamment  autorisé par cette phrase de leur dernière lettre  " Continuez à poursuivre les aristocrates." il aurait dès le dix de ce mois, cessé d'exercer sa surveillance révolutionnaire. Pour quoi il les prie de déclarer authentiquement que le comité de surveillance et révolutionnaire du département de la Vienne est prorogé jusqu'à telle époque qu'il leur plaira de désigner ." 
Signé Planier. 


----------
Note de Lulu Sorcière : 
Je reprends la lecture et le partage de ce registre passionnant. 
Pour aller à l'essentiel et avancer, tout n'est pas repris mot pour mot. Lorsque c'est le cas, en particulier pour cette lettre j'ajoute des guillemets. 
Nous y voyons monter la terreur, nous percevons le désarroi du comité révolutionnaire, bien encombré de toutes ces arrestations, doutant de certaines instructions (peine de mort pour les prêtres)...

mardi 3 janvier 2012

Retro et Perspectives !


Regarder dans l'rétro pour mieux aller de l'avant ! 
Lulu Archive a connu une sacrée progression d'audience en 2011 !
Merci à vous, lecteurs fidèles, commentateurs, visiteurs anonymes, et merci à ceux qui supportent la version orale de tout ça au quotidien et pas seulement entre la poire et le fromage !  
En mettant de coté ma quête addictive de la généalogie personnelle et familiale (de Sarrazin en Catalan, de protestant en sépharade, de marquise en anarchiste, de journalier en notaire), j'ai renouvelé l'intérêt et ouvert la porte d'un monde passionnant. 
Pas à une contradiction près, j'ai dans un premier temps, choisi d'élargir mes investigations aux "gens qui sont nés quelque part", en l’occurrence à  Prinçay d'où je ne viens pas 
mais où j'aimerais rester. 
C'est à Charles Barreau, officier municipal local que je dois le virage de l'année. Assassiné à la Muraille à Potron en 1796, il a ouvert l'Oeil de la Police, et m'a plongé dans l'univers du crime et de la période révolutionnaire, me voilà désormais armée d'une loupe et d'un bonnet phrygien enquêtant d'un village à l'autre du Poitou !

Avec les défauts de ma qualité (l'enthousiasme),  j'ai plongé dans cet univers avec gourmandise, étonnement, stupéfaction, patience et acharnement. J'ai embarqué dans l'aventure, Régis, Alain, JC, Valérie(s), Odile, Annick, Brigitte, Martine, Thierry, Françoise, GE86... et vous. Un an plus tard, la base des petites affaires criminelles de la Vienne compte plus de 2000 entrées. A celle-ci s'ajoute la base des Archives Insolites de la Vienne qui grandit à vue d'oeil et suscite l'enthousiasme des colistiers de GE86 qui me confient leurs trésors. 

En perspective pour 2012 :
La poursuite de la lecture du Comité Révolutionnaire de Poitiers. 
L'enrichissement de la base Crimes et Archives Insolites. 
Les compte-rendus de lecture sauce Lulu (RFG, Herage, CCHA, Société des Sciences de Chatel', et bouquins divers), en peu de mots mais après une lecture attentive. 
La maternité au fil des Archives.

Où tout ça nous mènera-t-il ? 
A l'inattendu j'espère !