vendredi 12 décembre 2008

Généalogie à la Godardière


En 2004, nous avons tenté de faire parler les vieilles photos.... L'arbre généalogique était dans la suite logique de cette démarche et nous nous sommes piqués au jeu. L'outil internet, l'aide précieuse de passionnés, les nombreuses journées passées le nez dans les vieux registres ont permis d'étoffer ces quelques branches. Comme de nombreux amateurs, nous avons grimpé l'arbre à toute allure, étonnés et enthousiastes ! Désormais nous reprenons plus tranquillement chaque branche tâchant du mieux que possible de vérifier les données et d'élucider les mystères. Un énorme travail reste à faire et celui accompli est encore modeste. Néanmoins, il nous parait possible de commencer à le partager.

Vous trouverez donc, sur ce blog et sur le site associé, l'arbre de la Godardière concernant les ancêtres de plus de 100 ans, un espace pour les photos de mariage et d'école. Peut-être, par chance pourrez-vous y reconnaître l'un des vôtres.... On développera ici de temps en temps les anecdotes, les ressources etc...

Availles-en-Châtellerault, Monthoiron, Chenevelles, Leigné-les-Bois, Genouillé, Savigné, petits villages de la Vienne, voici les nids de nos anciens.

Merci de votre visite et n'hésitez pas à nous contacter, pour nous donner votre avis, corriger des erreurs ou nous aider à identifier des données photographiques!

mercredi 24 septembre 2008

La sauce au Sosa....

La numérotation Sosa c'est pas sorcier.
L'individu dont on fait l'arbre est le numéro 1. Son père le numéro 2 et sa mère le numéro 3. Le grand père paternel est le numéro 4, la grand mère paternelle le 5, le grand-père maternel le 6 et la grand-mère maternelle le.... 7.
D'où il ressort avec un peu d'observation et de logique que les garçons sont pairs et les filles sont impaires (et souvent mères). A chaque branche grimpée on multiplie le sosa de l'ancêtre précédent par 2 et on obtient le sosa de son père et on ajoute un pour avoir celui de sa mère.

Toutes les filles sont impaires même quand elles ne sont pas mères... Le seul garçon qui est impair même s'il est père et maire est celui dont on fait l'arbre et qui est alors le numéro 1.....

Humour Généalogique


"Lettre d'un appelé du contingent au Ministre de la Défense Nationale" : Monsieur le Ministre, Permettez-moi de prendre la respectueuse liberté de vous exposer ce qui suit et de solliciter de votre bienveillance l'appui nécessaire pour obtenir une démobilisation rapide. Je suis un sursitaire de 24 ans. Marié à une veuve de 44 ans laquelle a une fille de 23 ans. Mon père a épousé cette fille. A cette heure, mon père est donc devenu mon gendre puisqu'il a épousé ma fille. De ce fait, ma belle-fille est devenue ma belle-mère puisqu'elle est la femme de mon père. Ma femme et moi avons eu en janvier dernier un fils. Cet enfant est donc devenu le frère de la femme de mon père donc le beau-frère de mon père. En conséquence, mon oncle, puisqu'il est le frère de ma belle-mère. Mon fils est donc mon oncle. La femme de mon père a eu à Noël un garçon qui est à la fois mon frère, puisqu'il est le fils de mon père, et mon petit fils, puisqu'il est le fils de la fille de ma femme. Je suis ainsi le frère de mon petit fils et comme le mari de la mère d'une personne est le père de celle-ci, il s'avère que je suis le père de ma femme et le frère de mon fils. Je suis donc mon propre grand-père. De ce fait, Monsieur le Ministre, ayez l'obligeance de bien vouloir me renvoyer dans mes foyer car la loi interdit que le père, le fils et le fils soient mobilisés en même temps. Dans la croyance de votre compréhension, veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Au fil Desruelles...

En remontant les Sarrazin on arrive à un embranchement Sarrazin Jean - Jolly Marianne en 1787. C'est à partir de cette jolie Marianne que l'on rattrape la branche des Dansac. Sur Chenevelles les Dansac sont un famille de notables. Il y aura au moins un maire de Chenevelles parmi eux. Je suis les Dansac jusqu'en 1620 où ils s'éloignent sur St Gervais et Beaumont. Mais au fil des villages et des chemins se trouve Desruelles... Une jolie Marie de Chenevelles dont l'ascendance me donne des points à marquer... C'est par une demoiselle Renée Marquet en effet que je remonte le temps encore plus avant... Et hier petit bonheur du jour j'ai fait pour la première fois, un tour au 16ème siècle grâce à François MARQUET DE BADARD marié avec Marie CORME aux alentours de 1535 à la Chapelle Roux, actuellement commune de Chenevelles... à ce jour, votre ancêtre connu le plus lointain coté Sarrazin !!! Mes enfants et ceux de leur ligne sont donc à la tête de 17 Générations, 18 pour les p'tits n'veux de la ligne au dessous....

Bonaventure Parens

Messire Bonaventure PARENS Seigneur de Portebure. (1664-1734) Allez encore une occasion d'aller astiquer l'argent'rie.... Avant qu'il nous donne du Messire j'avais déjà bien aimé son nom, Bonaventure, un prénom plein de promesses. Il est le premier dans la branche ROY qui nous fait voyager au delà de 5kms.... Il vient de Montreuil-Bonnin, où il était écuyer, donc de petite noblesse, et prieur??? On mène une enquête sur "Prieur", je vous tiendrai au courant. A Montreuil-Bonnin il perd sa femme peu après la naissance de leur quatrième enfant. Il part ensuite s'installer à Bonnes où il se marie vers 1696, avec Marie Pignonneau qui lui donnera trois enfants dont notre Jacques Parent qui se marie sur Archigny (j'ai l'acte). Vous êtes cousin avec le descendant d'un enfant de son premier mariage, avec une petite Marie Cholet dont le père était avocat. Je ne sais pas pour le moment quelle est l'histoire de la famille Pignonneau, mais ça ne saurait tarder.
Environ 70 km... pas de quoi s'essouffler mais une première malgré tout ! Les aventures de Bonaventure ne sont pas terminées...
Aux dernières nouvelles les Parent seraient peut-être protestants, à suivre....

Les vieux d'la vieille !

Les actes les plus anciens en notre possession sont :
Le mariage Bonnot (Bonnet) Jacques et Marguerite Rouchet le 07/08/1672 à Genouillé Filiation de Bonnet Jeanne qui est la femme de Bibault Jean au cas où certains auraient oublié et et ....
Le Mariage Saulnier François et Lusso ou Luco Jacquette le 03/08/1666 toujours à Genouillé. Les témoins sont Isaaq Sonier et Gabrielle Martin (?) qui sont peut-être les parents de François. Jeanne Barbot et Charlotte Buflec on ne sait pas qui elles sont . Mais on sait que la Jacquette elle vient de la paroisse de Saint Nicollas. Le plus vieil acte de mariage sur Genouillé étant de 1658 on n'ira pas plus loin zut alors....

Assis à.... Genouillé !

La plupart des branches Godard avaient poussé sans que je bouge de mon bureau, et tout s'est confirmé sur place à Genouillé. Nous y avons retrouvé tous les actes de mariage.

En gros ce qu'il faut savoir c'est que coté Godard on est remonté il me semble le plus loin possible dans les registres paroissiaux en l'occurence en 1685 avec un acte portant le nom de Godard , mais on peut remonter encore du coté des filles et là on trouve un acte en 1681, le mariage Bibaud Saunier qui lui date de 1681. Je vous mettrai les actes...

Il est assez époustouflant voire déconcertant voire hallucinant de voir avec quelle facilité il est possible de remonter si loin et si vite...et de se dire que pour des ancêtres si modestes qui ne sont que journaliers, les actes sont si bien répertoriés.

Acadie....

Qu'est ce que ça t'dis ?

certains des patronymes d'ici venaient d'anciens Acadiens, restés dans le coin. Rappel historique, les Acadiens sont des Français qui sont partis coloniser un p'tit coin de Canada... Les Anglais nous l'ont piqué et ont chassé tous les acadiens Français qui refusaient de devenir anglais, ils les ont déportés en Angleterre, la France en a récupéré pas mal et comme elle ne savait pas quoi en faire elle les a collés d'office sur la ligne Acadienne entre Archigny et Pleumartin, c'était une friche, on leur a construit une trentaine de maisons très sommaires qui ne leur appartenaient pas bien sur, et il a fallu qu'ils se dépatouillent. Les Acadiens ont trouvé ça moyen comme home sweet home et beaucoup sont repartis en Louisiane, mais certains sont restés.... on retrouve sur Internet la liste exacte de l'attribution des différentes fermes avec les noms... Moi à Archigny je dois aller chercher des Roy, des Dupuis et des Allain et comme de par hasard ces trois patronymes font partie des familles auxquelles on a attribué des maisons sur la ligne acadienne...

Y'a pas qu'à Bègles qu'on rigole....

Ya pas qu'à Bègles qu'on rigole ......
DEBENEST Pierre et DEPUTIERS Henry ....
ben oui Henry... la personne qui a dépouillé l'acte a d'ailleurs mis un point d'interrogation interrogateur... et en plus ils ont eu une fille qu'ils ont appelée Jeanne.... On est autour de 1680 .....



Les prénoms féminins : Philippe, Henry, en connaissez vous d'autres ?