samedi 18 février 2012

Clément Krebs de la Manufacture à l’Hôtel de ville, itinéraire d’un homme de bien. Châtellerault (1850-1914)



De la Manu à l'élu, de Chateauneuf à l'Hotel de Ville, d'une rive à l'autre. 
Il est des figures républicaines qui honorent la vie publique, la vie politique, la citoyenneté.
Clément Krebs, l'ouvrier armurier, figure du socialisme local, fut de ceux-là.
Alain Houisse, chercheur en histoire, administrateur du CCHA, consacre à cet homme de bien et de convictions, un ouvrage de 180 pages dans un numéro Hors Série de la Revue d'Histoire du Pays Chatelleraudais à  paraître en Aout 2012. 

Vous pouvez dès à présent souscrire à prix préférentiel à cette publication. 




mercredi 15 février 2012

CSR Poitiers du 30 Frimaire au 6 Nivose An II



Remaniement du CSR - C'est Ingrand qui dirige. 

30 Frimaire AN 2 
Le comité reçoit une lettre datée de Paris du 25 Frimaire, plusieurs assignations à la requête de l'accusateur public près le Tribunal  révolutionnaire de Paris  contre plusieurs citoyens de la commune de Vendeuvre qui doivent être entendus dans l'affaire du Sieur Folzer, le 28 Novembre vieux s... à huit heures du matin à Paris. Remis à l'huissier pour exécution. 
Perquisition chez les Vassé, rien trouvé ! Mais comme ils sont père et mère d'émigrés les scellés sont posés et ils vont être arrêtés. 
La fille Laporte est malade. Sursis à arrestation 15 jours. 
* Pétition de la femme Filleau tendant à obtenir sa translation de la maison des Pénitentes dans celle des Carmélites à cause de son fils agé de 16 mois qu'elle nourrit et pour les soins duquel elle aurait besoin d'avoir une chambre à feu. Accordé. 
Pétitions de Bechillion et de Ruse Constant demandant à rester chez eux. Accordé sous la surveillance de Coindon. Béchillon étant soupçonné d'émigration devra apporter des certificats de résidence depuis 1789. 
Libération d'Auxonne détenu à la Visitation. 
Rousseau de la Ferandière transféré chez lui vu son grand mal de jambe. 
-----------------------
1er Nivose. 
Remaniement du comité révolutionnaire dont le président devrait selon la loi que le CSR découvre, changer de président tous les quinze jours. 
Les secrétaires publics qui étaient membres du comité ayant jugé devoir s'en abstenir pour cause d'incompatibilité à l'exception du citoyen Barbot commissaire national, Hendre membre du conseil général du district qui en ont référé au représentant du peuple, le comité se trouva en le moment réduit à quatre membres qui sont les citoyens Denesle, Barbot et Hindre et le citoyen Thibaudeau ce qui fait qu'il convient d'en donner avis au citoyen Ingrand représentant du peuple. Denesle est nommé président et Thibaudeau passe trésorier. 
------------------
2 Nivose An 2
Présents : Thibodeau, Barbot, Denesle. 
Six citoyens assignés pour aller à Paris déposer à l'affaire De Folser se sont présentés et ont dit qu'ils manquaient de fonds pour faire le voyage. Le comité délivre à chacun 50 ?? 
La fille Jeanne et Pruet en arrestation chez elle. 
Marie Delisle remise en liberté chez elle. 
Femme Souchaut idem. 
Femme Gazeau idem. 
-------------
Les 3 et 4 Nivose ont été employés à former le comité de surveillance et révolutionnaire avec le citoyen Ingrand représentant du peuple. 
----------
Première séance. 
5 Nivose  à 5 H de relevé. 
Thibaudeau, Denesle, Briquet, Robineau, Lefevre, Moutin, Dumax, Duperret, Massot, houdry, 
Benoit et Bourdier absents. 
Thibaudeau est renommé président et Briquet secrétaire. 
On se réunit deux fois par jour  le matin de 10H à 13H et l'après midi de 15H à 18H. 
Sur ce le citoyen Bourdier est entré et a présenté sa démission prétextant plusieurs raisons, sur lesquelles le comité est passé à l'ordre du jour. 
---------------
6 Nivose 
Prestation de serment des membres. 
Jean Gabriel Bruneau secrétaire
Porcherie prêtre exporté a été trouvé sur sa cheminée un écrit contenant des indications pour passer en Espagne. Le CSR de Bayonne est averti. 
Affaire Marguerite Guyot femme d'Antoine Rabot. Argent trouvé dans sa maison, elle est concierge dans la maison Delisle. 
Dénonciation de Maltetaite. Son épouse a été insultée par la nommée Jeannette domestique chez Nerbonneau père. 


CSR Poitiers du 24 au 29 Frimaire An II




24 Frimaire An 2. 
Laurand arrêté et conduit à la visitation. 
--------------
25 Frimaire An 2. 
Femme Desessards restera chez elle sous la surveillance de Martin. 
femme Chabrot devra présenter certificat de civisme. 
Guerry de la Braudière de Civray vient demander pourquoi on l'arrête et joint un certificat de santé. En attendant la décision et vu son infirmité restera dans une maison de son choix à Poitiers. 
Tribot maire de Civray se présente avec une pétition négative des faits qui lui sont imputés, attendu qu'il est bien portant, il a été arrêté. Pétition transmise à Civray
Un membre demande qu'on s'occupe du sort de certains détenus. Sont remis en liberté : la femme Lagrange, Constant, et Aumont , Sieur Limousin cordonnier et Rousseau médecin
Maillau...  Bois Lambert dépose un certificat de civisme. 
Marquant remis en liberté. 
 Deux soeurs atteintes de scorbut. Remise en la maison de Houlière en ville. 
Le citoyen Presle administrateur du district de Civray se présente au comité et donne lecture : Guerry, Tribot, Aubier, Grand Fief juge de paix, Sureau, ont cherché à apitoyer le peuple sur leur sort et à se mettre sous sa protection. Ainsi que Belays jeune huissier et notable, Augry curé de Civray, Norbert Pressac curé de St Gaudent, seront arrêtés et  conduits à Poitiers aux Carmélites. 
La Citoyenne Venault vient donner acte du certificat de civisme de la citoyenne Lalande qui sera remise en liberté. 
La femme Imbert souffre d'une fièvre très violente. Pourra se retirer chez elle sous surveillance. 
Sieur et Dame La Broue malades  en arrestation chez eux sous garde (40 sols par jour)
Le citoyen Mignon marchand de bois a vendu la cordée jusqu'à 34 livres que ce prix excédent le maximum fixé par un arrêté du département et de la loi, il croyait nécessaire de le mander pour rendre compte de sa conduite. Adopté. 
Le citoyen Laurence présente une pétition de la femme La Barre avec certificat de santé. Elle et ses deux filles sont gravement malades. En arrestation chez elles. 
-----------------
26 Frimaire An 2. 
Arrandeau et sa femme remis en liberté. 
Femme la Randerie, en prison depuis plusieurs mois, sans secours et forte fièvre. Se retirera chez elle à Sillars sous surveillance. 
Citoyen Deguillon malade sera transporté à l'hopital militaire. 
Trichet prêtre certificat médical attestant d'une épilepsie, dont les symptomes sont très fréquents impossible à traiter dans cette maison, transféré chez lui sous surveillance du citoyen Gouin. 
Femme La Fille certificat de santé. Rejoindra la femme des Essards qui est chez elle sous surveillance. 
---------------

27 Frimaire An 2. 
Citoyennes Rabreuil et de Fougères se présentent  sur les ordres de la municipalité de Mirebeau. La première  72 ans toute catarrée, et la seconde 80 ans aveugle. Le CSR les renvoie sur Mirebeau. 
Citoyenne Clerville mise en liberté. 

---------------

28 Frimaire An 2. 
Citoyenne Vielle Sèche et son fils malades renvoyés chez eux sous la surveillance de la municipalité. 
fille Duré détenue aux pénitentes, malade remise en liberté sans gardien. 
Courtault laboureur de Sommières arrêté comme suspect. Remis en liberté. 
Berugeau remis en liberté. 
Cholletier demande à rester chez elle. Fille et soeur d'émigré, refusé. 

---------------------
29 Frimaire An 2. 
Quatre gendarmes de Civray ont conduit au comité en vertu du précédent arrêté les citoyens Sureau perruquier, Belay huissier, Norbert Pressac curé de St Gaudent, et Augry curé de St Nieulan. Ont demandé la journée pour trouver un matelas. Accordé sous la surveillance d'un gendarme. 
Pétition de la femme Irland la Fenestre, malade restera chez elle sous la surveillance de Benoit Chantre auquel elle paiera 40 sols par jour. 
 Un membre a fait le rapport de la pétition de Faulcon prêtre, sujet à la déportation âgé de plus de 80 ans et très infirme il a proposé  d'homologuer l'avis de la municipalité de Poitiers et celui du district. Reste chez lui. 
Sieur La férandière noble peu malade , reste en prison. 
Femmme Villebonin d'Auzance, malade sursis à arrestation. 
La femme Colcat est venue prévenir le comité que son mari demeurant chez le sieur de Vassé, rue du Gervivert, a cru s'apercevoir qu'il existait dans cette maison deux caches, l'une dans la cave, l'autre dans le jardin, où il y a de l'argenterie . Le comité ordonne une perquisition matinale. 
------------------------

mardi 14 février 2012

Noyade de Saint-Saviol - POSITION des INTERVENANTS lors de la TRAGEDIE

Merci à Bernard, lecteur attentif, fin connaisseur des lieux, qui fait rebondir l'histoire et nous propose aujourd'hui une illustration de ce drame à la lumière des témoignages recueillis. 
Voici ses réflexions. 
Il me semble en effet effarant qu'il n'y ait eu aucun survivant hormis celui qui menait la barque....



POSITION des INTERVENANTS lors de la TRAGEDIE:
Déposition de Denis Bourdereaux (le patron meunier); en arrivant de l'autre coté de la riviére, le bateau s'étant heurté contre le sol,aurait fait jeter tous ces pauvres ........
Mais ou était plaçé D. Bourdereaux pour avoir cette vue; certainement prés du moulin (et avoir aussi une vue sur le parking) pour surveiller que d'éventuels trainards (et chapardeurs) ne viennent pas visiter celui ci et voler de la farine. Et puis cet embarquement n'est pas son affaire.
Il a entendu des cris, a regardé en direction de ceux ci ( de la barque). Il lui a semblé que la barque a heurté l'autre rive, en réalité je pense qu'elle a heurté le bout de l'îlot C.
Plan Envoyé a part.
Déposition de P. Gendreau; s'approchant de Réfoux, il vit dans 1 bateau plusieurs personnes qui passaient la Charente. C'est vague.
Déposition de Ch Bouchet; lui et le précédent témoin .........il vit plusieurs personnes dans un bateau ( les quels étant auprés du bord du près). Le dit bateau s'enfonce sous eux.
Je pense que Gendreau et Bouchet étaient sur la rive gauche dans le près ( du coté de Bessigny et Du Ravarit)en face de la noyade.
Déposition de J. Challeroux; le farinier les conduisit et comme ils furent auprés des petits ilots, le bateaux s'enfonce....
Ou était Challeroux pour voir cela, je pense au delà du parking prés des maisons ou de fermettes pour surveiller qu'il n'y ait pas de vols dans celles ci.( comme Bourdéreaux le fait pour le moulin). Ensuite au moment des cris Challeroux rejoint ses collégues sur l'ilot A, ainsi que Bourderaux qui l'a vu et déclaré.
Déposition de Jacques Verdon; étant dans le bateau et presque passés, le bateau s'enfonce et tout ces pauvres gens furent encevelis dans la Charente sans pouvoir les sauver, que cependant lui....se mirent dans la Charente et en joignirent 3 qu'ils sortirent mais qu'il ne fut pas possible de leur sauver la vie. (au moment du naufrage Verdon, qui n'est pas signalé présent par Bourdereaux au moment des faits était certainement sur le parking prés de Challeroux).
Verdon en se mettant a l'eau n'est pas allé de l'autre coté de la Charente, sur la rive gauche, ou sont présent Gendreau et Bouchet,car ici la Charente est certainement profonde et le courant y est fort.
Je site, Lelong de la Fragnée-Albert (page 9): Impossible de traverser, c'est par l'abondance d'eau dans laquelle ils tombérent le jour d'hier et dont ils ont étés suffoqué étouffés et noyés...
Verdon s'est mis à l'eau la ou c'est peu profond dans le chenal entre les ilots A et C.
OU SONT LES DEPOSITIONS de Dagué, Chesnain, d'Auliére, de Pignou,et de la femme du meunier Bourdereaux.
Ce qui est étonnant c'est qu'il n'y a pas eu de survivants parmis les passagers de la barque(avec des personnes pour leurs tendre des gaules); Sont'ils morts par hydrocution???.
Verdon s'est mis à l'eau pour récupérer des corps! !Louis d'Auliére est tombé à l'eau sauvé par la gaule de Pignou.....Ils ont survécus.
A quoi ont servis les gaules?????
Pourquoi L. D'Auliére était ici, je pense qu'il n'était pas employé au moulin(il avait son valet personnel; Pignou).
Ou allaient ces pauvresses.
Bien des questions. A suivre.
Bernard Baillargeon
bail.ber@orange.fr

dimanche 12 février 2012

CSR Poitiers du 15 au 23 Frimaire AN II



Ingrand le terrible sévit...

15 Frimaire An 2. 
Pétition des soeurs Rabreuil, renvoyées au CS de Mirebeau. 
Fille Chesnel renvoyée à Bussac. 
La Messelière sa femme et ses filles demeureront en arrestation chez eux sous surveillance d'un garde national. 
Dutrou, Letanche et Bremord suspendus de leurs fonctions par Ingrand pouvaient être nuisibles dans leur ville à Montmorillon seront transférés à Poitiers aux Carmélites, car il n'y a pas de prison à Montmorillon. 
Femme Duchillard en état de pauvreté, 76 ans restera en détention chez elle. 
Hyver exempté de réclusion car il n'a pas de pain et sa femme est tombée en catarre. En arrestation chez lui. 
Femme Romanet et son mari en arrestation chez eux, n'ont pas de certificat de civisme. 
FEmme St Georges en arrestation chez elle malade. 
Irland de Preuilly et sa femme en détention chez eux pour raison de santé. 
Idem pour la femme Chataigner
Famille Crossard : La femme et la fille resteront en arrestation chez elles, l'autre fille en détention avec son père. 
Dame La Fayette Constant sera enfermée aux Hospitalières. 
Veuve Brumaud Beauregard restera en arrestation chez elle. 
-------------
Séance du 21 Frimaire An 2. 
"Le président a observé que ses cinq jours qui se sont écoulés depuis la dernière séance, ayant été occupé à l'épurement des corps  administratifs, il était absolument nécessaire de reprendre la suite de nos opérations et de s'attacher surtout à l'expédition des pétitioins faites pour m? grand nombre de détenus. Cette proposition a été adoptée. 
Marie Anne Berger malade, détenue aux Pénitentes, transférée aux Hospitalières. 
Fouquereau détenu à la Prévoté. Rien contre lui à Châtellerault, remis en liberté. 
La femme Brumault demande à demeurer chez elle, 5 enfants en bas age, en arrestation chez elle avec un garde à sa charge. 
Femme Mangein et son fils. De Montmorillon, en détention depuis quelques mois peut se retirer à Chauvigny sous la suveillance d'un garde. 
Pétition de la fille de Romaun qui demande à rentrer chez elle son père est tombé en catarre. Toutes les possessions de ces gens ont été dévastées par les Brigands de Vendée. Peut retourner en arrestation chez elle. 
Pioun, Rochefort, Imbert et Beneteau de Verrières préviennent d'une possible insurrection. Dénoncent par ailleurs la femme Souchaud tailleuse pour homme dans le faubourg du Pont Neuf pour propos contraires à l'ordre. Ordre d'arrestation de cette femme. 

------------------
Séance du 22 Frimaire AN 2. 
 Dénonciation de Boutet Durivaux habitant de Mirebeau actuellement sur Poitiers. Ordre d'arrestation. 
Toublanche arrestation. 
Arbaud père et femme malades peuvent rester en arrestation chez eux sous surveillance. 
Tribot maire de Civray et Guerry procureur, suspendus de leurs fonctions. Ordre d'arrestation. 
Dame Bonneuil en arrestation chez elle pour raison de santé. 
Dame Daujame de Migné, jugée incivique, sera arrêté et pourra être réunie à sa fille emprisonnée aux Pénitentes. 
La fille cottelin percluse de tout le coté gauche. Transférée à l'hopital général pour y être soignée. 
Pétition de la fille Bergeron qui avait caché un capucin. Refus de délibérer. 
Femme Epron de Beauregard remis en liberté. 
------------------
23 Frimaire An 2. 
Planier dépose 500 livres trouvées chez Chenos curé de pasillé ? 
Le De Romaun resteront chez eux sous la garde de Girard. 
Charles Velledon idem
Pétition femme de la Barre Tousalin  détenue à l'évéché, demande à être réunie à son mari et à son fils détenus aux Carmélites. Accordé. 
Pelletier médecin certificat de civisme nombreux soutiens remis en liberté. 
Pertat en arrestation chez lui. 
Mémoire de Bouneau de l'Isle Jourdain qu'on cherche à l'accuser à tort. CSR n'a pas à délibérer. 
Femme Reigner détenue aux Pénitentes, assez punie remise en liberté. 
Le citoyen Brisson sous chef de l'administration de la marine, a présenté au comité une pétition  disant que le citoyen Tardieu aubergiste à Chaunay et sa femme, avaient arrêté une voiture d'avoine qu'il faisait conduire  au dépot de Ruffec, que cette conduite ne pouvait que préjudicier infinitivement aux intérêts de la nation. Mandat donné à la municipalité de Couhé pour faire le nécessaire. 
Les Preuilly font état de leur misère et de leur civisme peuvent rester chez eux. 
Pétition des Pelletier pour rester chez eux refusé. 
Fille Filleau en arrestation chez elle. 
Les femmes Parent et Beauregard demandent à n'avoir qu'un garde pour elles deux. Accordé. 
Femme Constant et Maillot son beau-père  ordre d'arrestation.