vendredi 20 janvier 2012

CSR - 2ème Jour du 2ème mois de l'an II et 2 jours suivants.


Au CSR, on s'insurge avec style ( Métayer), on organise (les prêtres au petit séminaire), on liste, on s'inquiète ( approvisionnements) et on gère les p'tits tracas (Fanchette). 

Séance du 24 Octobre (2ème jour du 2ème mois)

Le Sieur Métayer nous a été dénoncé. Il a, nous a-t-on assuré, conseillé au citoyen POIRIER procureur Syndic, lors de l'approche des Brigands de quitter son habit d'uniforme et sa cocarde, que lui répondait de tout, ce propos serait seul suffisant  pour traduire devant ces tribunaux le monstre qui l'a tenu, si encore on n'avait d'autres reproches à lui faire, il s'est porté dans la boutique des M ??, il a lui même aulné les étoffes, reçu l'argent, qu'ensuite il remettait au propriétaire, il a commis des actes arbitraires en faisant emprisonner des citoyens honnêtes que lui représentaient, qu'il outrepassait ses devoirs. Il parait que cet homme si populaire pour se conserver une place qu'il n'a obtenu que par la caballe, d'autant plus il a toujours été très incivique, un tel être ne peut sans danger pour la chose publique conserver plus longtemps un emploi qui tient aussi essentiellement au Bonheur de ses concitoyens, nous sommes même étonnés que le Citoyen Procureur (...) dont les principes nous sont connus, ne l'ait pas dénoncé, même pour finir nous vous prions et requerrons de faire arrêter sur le champ ce dit Métayer, nous l'envoyer faire la plus scrupuleuse enquête sur sa conduite et nous la faire passer de suite. 

Fradin, médecin Se présente au Comité et donne lecture d'une petition tendant à obtenir un sursis à son arrestation, comme fonctionnaire public destitué. Refus, est conduit à la maison de détention destinée aux administrateurs destitués.

On s'inquiète du mauvais effet des arrêtés pris par la ville et affichés, concernant les approvisionnements, alors que d'autres le sont par le département et que leurs éventuels contradictions pourraient être du pire effet. 

------------------
Séance du 25 Octobre (3ème jour du 2ème mois) (page 32)

Le CSR s'occupe des listes des personnes détenues. Décide quelques libérations : Bompierre, Delaage 
Gallot curé de Pressac, Proust, Rabaud des Rollands, ex chanoine d'Airvault, Brunet ex jésuite, détenus à la Visitation,  transférés au petit séminaire. 

L'affaire de la commune de Mondion : Les citoyennes Caillaud Charlotte et sa fille, Rose Tienot la femme de Gallipaud et Suriaud soupçonnés d'avoir empêché qu'on ne sonna le tocsin pour annoncer le départ des jeunes citoyens de cette paroisse, ne sont pas les vrais coupables, mais que c'est au contraire le citoyen Soriaud, greffier de la municipalité qui en est l'instigateur. Planier est chargé de réinterroger ces femmes sur ces faits attestés par Vincent Charlaust et Michel Caillaud. Il liberera ensuite les citoyennes. 

Chantre Commis voyageur :Gardé en arrestation. Il est commis voyageur et va sur Lyon. Le 25 Octobre, la ville de Lyon étant soumise, il est remis en liberté et autorisé à s'y rendre.
Quelques remises en liberté : 10. 
-----------------

Séance du 26 Octobre. (4ème jour du deuxième mois)
Le concierge vient prévenir que la nommée Fanchette, a volé des bas  à la femme BoisRagon

Affaire municipalité de Thurageau : contre un certain Nouveau dénoncé par Orillard, officier municipal. 
4 remises en liberté. 
------------------

mardi 17 janvier 2012

La Grande Peur aux Ormes (86) - 1789. Echo.


Echo aux trésors révolutionnaires au fil des actes retrouvés sur Généablogique, (chez Fred Coussay), à Antigny ,  à Montmorillon où le drapeau prend des couleurs et sur GénéaBlog 86, (chez Anthony Gourdeau) où on le bénit en 1792 à Usson , ça alors ! La révolution est aussi  aux Ormes, à Anché, à Bonnes et il s'en trouvera d'autres que nous ajouterons aux Archives Insolites de la Vienne

La "Grande Peur" est  aux Ormes ce trente Juillet 1789 et le tocsin sonne  d'un village à l'autre un peu partout en France....



1- Du 30 juillet 1789 on a sonné le tocsin sur cette paroisse
2- et sur tout les paroisses circonvoisines et de touraines
3- pour cause, disait-on d'une trouppe de brigans
4- associés venant du berry, qui vollait et mettais le
5- feu partout, tout le monde fut rassemblés pendant
6- trois jours avec toutes sortes d'armes, et on a rien vus
7- ala vérité il se passait un grand trouble à paris occasioné
8- par la famine et la distinction des trois ordres des états generaux assemblés
9- a versailles le 27 avril de l'année courante.
Le Coq Curé des Ormes.
-------------
Les Etats Généraux

à Anché .

------------

Que sont devenus ces curés qui nous parlent de la révolution ?

En consultant les Petites Affaires Criminelles de la Vienne, nous voyons que Dupuis, le curé d'Usson,  qui avait pourtant bien négocié le virage révolutionnaire, en devenant maire de la commune, est inculpé de vol.... Une affaire à creuser.