vendredi 7 février 2020

Entre gens de bien - Chronique de Thierry Péronnet

(Présidial de Poitiers 1-B-2-2 greffe criminel) (DSCN 3585 à 3611)

(Entre gens de bien) :
Le 19-07-1679 Mathurin JARRY chanoine de St-Hilaire-le-Grand de Poitiers porte plainte pour mauvais traitements et violences contre lui faits par Bonaventure POIRATON prêtre curé de Savigny. Une enquête est ouverte le 08-08-1678, Simon MASSUGEON 50 ans laboureur de St-Julien est interrogé, il est allé avec le plaignant à la Grassinière de Savigny pour récupérer des gerbes de froment dues pour la dîme sur des terres appartenant au chanoine, ils rencontrèrent le curé dudit Savigny qui affirma que la dîme dépendait de l’évêché à cause d’une chapelle. Comme le chanoine ne voulait pas admettre ce que disait le curé, ce dernier joua du bâton contre le pauvre chanoine et le mis à terre. En outre il invoqua exécrablement le saint nom de Dieu en disant « mort dieu, vertu dieu, ventre dieu, sacré dieu » et rajouta « monsieur le bougre vous ne monterez pas les gerbes ». André BARRE 65 ans, laboureur de la métairie des Preaux de Savigny appartenant audit JARRY et Louis ANDREE journalier 35 ans qui apportaient les gerbes ont vu le curé jouer du bâton et l’ont entendu ordonner à son « barroteur » d’emmener les gerbes.
FAUCON chirurgien examina le plaignant en la demeure de Château-Merle à Savigny, il lui trouva une contusion sur la main dextre, une autre sur l’omoplate large de 3 travers de doigt avec des douleurs au niveau du cou et la partie senestre de la poitrine et d’autres liées à la respiration ou à la toux. Le chirurgien pour le soigner lui fit une saignée et lui donna « les remèdes convenables ».

Plusieurs actes de procédure s’ensuivent jusqu’à ce que le 05-08-1679 Mathurin JARRY sous l’autorité de Pierre JARRY son frère aussi chanoine porte à nouveau plainte et que le 15-06-1679 Bonaventure SABOURIN 50 ans, déjà interrogé le 10-08-1678, soit à nouveau entendu. Il nie toujours avoir maltraité le chanoine et il continue d’affirmer que la dîme revient à l’évêché. Il n’a donné pour lui qu’un coup sur les doigts de JARRY quand il a pris une gerbe et il n’avait aucun bâton en main. Le 16-06-1679 la cour prend sa décision finale, il est rappelé que, selon une précédente sentence datant du 11-09-1678, Bonaventure SABOURIN avait été condamné à fournir 3 livres de cire à l’autel de la chapelle des Pénitents de Poitiers, à réciter les 7 psaumes pénitentiaux à genoux accompagnés des litanies des saintes oraisons suivantes pendant 2 mois les mercredis et vendredis de chaque semaine, à payer 10 livres au titres des réparations civiles et qu’il avait été condamné aux dépens. Le tribunal le condamne à nouveau, il devra demander pardon audit JARRY chanoine devant 4 parents ou amis de ce dernier, payer 25 livres d’amende au roi et encore 25 livres pour les pauvres de la ville, plus payer 200 livres à titre de réparations civiles, enfin il est condamné aux frais et aux dépens.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire