vendredi 26 mars 2010

Les souterrains de Prinçay - 1855

Je suis allée faire un p'tit tour aux Archives Départementales.

J'y ai consulté les Bulletins de la Société des Antiquaires de l'Ouest, société savante qui depuis  le 19ème siècle répertorie, raconte, les trésors du Poitou.
Voici les plans et la description des souterrains tels qu'ils étaient  en 1855.

------------------


Les cryptes de Prinçay, pratiquées à double étage sous les maisons mêmes du village actuel et les fondations de l’église, présentent quelques particularités.

Tout à l’extrémité du souterrain, formé à l’ordinaire de galeries d’inégales dimensions mettant en communication diverses salles en forme de rectangles irréguliers, s’ouvre un dernier réduit assez vaste simulant une architecture grossière. Cette large salle, à peu près carrée, est recouverte par des voutes d’arête que supportent deux rustiques piliers placés au milieu, et dont le rocher même a fait tous les frais.
Tout autour de l’enceinte, comme dans les salles qui précèdent, on a réservé dans le tuf un cordon de banquettes que surmontent des niches propres à recevoir des lampes ou autres objets.


Les tubulures à air sont multipliées dans ce souterrain avec plus de luxe encore que les autres, et, chose notable, on en remarque quelques unes pratiquées obliquement et allant aboutir à de profondes cachettes que des éboulements ont rendues désormais inaccessibles. Leur destination accoustique est donc bien evidemment établie cette fois.
A l’aspect de ces bancs, de ces niches, de ces voûtes ébréchées retombant sur des pilastres à demi engagés dans les parois du tuffeau, des débris de cette table ou peut-être de cet autel, qui réunissent encore les bases des deux piliers du milieu, on est tenté de supposer une imitation de crypte chrétienne, quelque chose de tout pareil aux catacombes romaines, greffées elles-mêmes sur quelque ancienne retraite des druides.
Ecoutons en effet l’’écho des souvenirs populaires, et cet écho nous dira des noms précis pour chacun des deux derniers réduits des cryptes de Prinçay. Celui qui termine le labyrinthe, c’est la grande salle des Fadets, et celui qui précède c’est la salle de la Veillée.
Les Fadets ce sont les fées du moyen-âge et les druidesses de l’antiquité gauloise.

La salle de la Veillée, c’était peut-être le lieu où les néophytes chrétiens passaient les veilles des fêtes solennelles qu’on célèbrait dans la grande crypte du fond, purifiée par le christianisme encore persécuté. Ajoutons que les ossements humains fréquemment rencontrés dans le sol de ces profondes grottes peuvent leur donner en outre le caractère d’ossuaires sacrés.



A suivre....


Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !