mardi 21 février 2012

Lulu a lu la Revue Française de Généalogie N°198.


Et si ma grand-mère était sorcière ?
Ce mois-ci la RFG m'aide à comprendre son histoire,  à retrouver ses traces.
Qui est la sorcière ? Guérisseuse, amoureuse, dangereuse, laide, belle, complice des affaires de femmes, désignée des hommes qu'elle brave ou séduit ?
Eternelle coupable ?
La Sorcière a rarement sa place dans les registres, pas d'écriture pour qui n'a pas de sépulture.
C'est du coté des archives judiciaires et du travail des historiens qu'il faut la chercher.
Du XIIIème au milieu du XVIIème  persécutée, torturée, condamnée, brûlée ou bannie. D'une région à l'autre, plus ou moins intensément, systématiquement.
Lentement à partir de 1640, les condamnations diminuent, les procès se font plus rares...  Le diabolique peu à peu laisse place au charlatan ou à l'aliéné.
Coeurs fragiles, accrochez-vous, l'histoire des sorcières est violente, Brigitte Rochelandet  raconte et sa lecture est envoûtante ...

Retour vers le futur  ! Sorcier ou pas, tout généalogiste qui veut s'éviter le bûcher a intérêt à réviser ses droits. Comme le rappelle Charles Hervis dans l'édito, le généalogiste a les qualités de ses défauts, de l'anonymat à la revendication des sources, on frise parfois l'insensé.
Guillaume de Morant fait le point dans un article très pragmatique qu'il faut garder sous l'coude. Préserver la vie privée tout en respectant le partage et la propriété intellectuelle. Les règles, les droits, les limites.
Partager, donner, c'est un choix qui étonne, dans un monde de soupçons. Et pourtant nous sommes nombreux à le faire sans arrière pensée.
 

 C'est le choix de Gen&0 les généreux, mise à l'honneur légitime par la RFG !



Apprendre l'histoire de l'enfance. Naitre, grandir, éduquer au fil des siècles. Lire et relire Gelis, Badinter. L'amour en plus, viendra. Relativiser, pour surmonter l'abandon. Prendre ses distances avec le passé retrouvé pour tracer l'avenir. Ni juger, ni culpabiliser, apprendre, modestement, apprécier le présent. ! Sur ce chemin Véronique Tyson nous guide. Quand la psycho-généalogie garde la tête sur les épaules, quand elle est pédagogique, on a plaisir à la lire.



A tête reposée, "petit" exercice paléographique didactique avec Gabriel Audisio où l'on parle de lèpre (ouf un indice)...



Qu'on y cultive la mauvaise graine ou les journaliers, on ne redira jamais assez le plaisir qu'il y a, à prendre racine aux Archives Départementales. Stéphane Cosson nous offre un récapitulatif des séries à consulter pour tracer le sillon de nos laboureurs.


Se déplacer, visiter, retrouver les chemins, pousser la porte de la mairie pour découvrir les archives communales, c'est encourager leurs responsables à faire vivre cette mémoire parfois endormie, rarement informatisée. N'oubliez pas les associations locales (sur Châtellerault c'est le CCHA).


Continuer  à consulter en ligne !
Pierre-Valéry Archassal nous guide  parmi les inventaires mis en ligne par les ADV. Ces fichiers pdf sont téléchargeables et autorisent une recherche par mot clé : Patronyme, commune , thème. Ne négligez pas cette ressource qui facilitera le tri des documents à consulter sur place.



Contribuer à l'archivage et au dépouillement !
Généalogie d'une maison, histoire d'un village, mouvements d'une famille, les recensements sont une mine d'informations pour le généalogiste amateur comme pour le passionné d'histoire locale. L'un est souvent l'autre. L'outil est là "Recens" gratuit, téléchargeable, le mode d'emploi et les astuces sont dans la RFG, on compte sur votre enthousiasme et votre sens du partage  !

La RFG est disponible en ligne ou en kiosque tout février et Mars, bonne lecture !
L'expo Les Sorcières se termine fin Mars (Musée de la Poste) !

















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire