samedi 16 juillet 2011

Arsenic et vieilles Archives - Jaunay-Clan - 6 Octobre 1794.


Ce soir là François Dubreuil rentre tard. Taciturne et
titubant .
 Sa femme lui sert la soupe, silencieuse, soumise, elle guette sa
colère, anticipe sa mauvaise humeur, il a bu.
Il a 59 ans.
Elle aussi  est fatiguée, vieillie sous les mauvais
traitements, triste et méfiante. Lasse de ce tête à tête, elle s’éloigne
quelques instants.
A son retour dans la pièce, il est cordial, détendu,
bizarrement moins indifférent qu’à son habitude, prévenant, presque tendre. Il
lui propose de s’assoir à table avec lui et de boire elle aussi le potage
qu’elle a cuisiné.
Elle est méfiante, l’espoir d’une trève,
la peur des coups, elle a appris à maintenir  une paix de façade, fragile. Néanmoins elle refuse et quitte la pièce.
 A son retour, il est parti chasser la nuit.
Tranquille enfin, elle se sert un bol de soupe.

Est-ce l'amerture de sa morne vie qui à la première
gorgée, glisse dans son corps un gout acre ? Sous sa langue roulent des petits
grumeaux durs, comme autant de grains au sablier du temps perdu.

Elle croit comprendre,
 se précipite chez sa voisine, La femme L'Epée.
Et panique.

Il veut la tuer depuis
si longtemps, il  l’a dit, il a
empoisonné la soupe, elle le sait.

 Le Sieur L'Epée se précipite chez elle.  A la surface du potage,
il voit une poudre blanche qui flotte.

 Le retour du mari ne se fait pas attendre.  L’Epée accuse, insulte, met en garde. Dubreuil  nie, mais attrape la soupière et la jette à terre comme  un aveu. L’Epée le menace, et Dubreuil se
défend, il fera boire le liquide répandu à son chien et à ses poules.

De leur
survie dépend la sienne…

En attendant les gendarmes, exceptionnellement solidaire,  La femme L'Epée recueille quelques grammes de poudre sur le bord de la terre cuite brisée et les enveloppe dans un papier.

Une  plainte est déposée, le mari violent est arrêté, interrogé.
On perquisitionne la maison.
 La voisine confie son trésor  aux enquêteurs. 
La poudre est envoyée aux pharmaciens pour examen.
 C’est bien de l’arsenic.

Certes l’épouse est battue régulièrement, nombreux sont ceux qui en témoignent,
Certes elle a déjàdemandé le divorce, exprimant la violence, l’indifférence, les
coups, le mépris,
Certes  le témoignage du voisin et de sa femme,
Certes  cette poudre blanche,
 mais…


Il n’y a pas mort d’homme,
 et la présomption d’innocence vaut à Dubreuil d’être
acquitté.





Dans le Dossier Dubreuil de la série L SUPPL 402, on trouve soigneusement conservé le minuscule paquet de poudre blanche qui en semant le trouble dans la soupe,
brisa le pot
et le ménage....
Fouilleur d'Archives mon cousin,
toi qui vient esquinter tes yeux sur les parchemins,
délaissant ta moitié aux fourneaux,
 ne rêve pas trop...
La poudre d'escampette,
 il n'en reste pas assez
pour passer à la postérité
 du parfait petit généalogiste...
empoisonneur
du XXIème siècle ;-)



Principe de précaution oblige, et afin de poursuivre à ma façon, cette solidarité féminine toute naissante qui m'a fait chaud au coeur, tout en éveillant comme en chacun l'hypothèse perverse d'une théorie du complot, j'ai signalé aux Archivistes de Poitiers, la présence dans le dossier de cette potion particulière.


Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

3 commentaires:

  1. merci lulu la sorcière d'être venue vous balader dans mesjardins d'écriture d'imaginaire et de récit de vie et....

    JE DéCOUVRE EN LISANT VOTRE PRéSENTATION QUE VOUS ETES POITOU MOI JE SUIS POiTOU ET CHARENTES MARITIME ET VENDéE

    C'est délicieux d'apprendre çà à bientôt chez vous ou chez moi
    sur lequel blog vous êtes le plus souvent ?

    si vous avez des histoires du poitou
    quoique l’arsenic fait bien partie de chez nous !
    il y a des crimes en VENDéE COMME L’AFFAIRE dominici
    à très bientôt

    RépondreSupprimer
  2. FRANKIE ! Merci à vous aussi, je vais revenir, participer au jeu dès que je trouve un peu plus de 5 minutes à la suite. Nous sommes voisines !! Et bien alors c’est pas compliqué, moi je suis en face de l’église de Prinçay, là où niche la sorcière.
    Je suis souvent sur Poitiers, et il m’arrive de faire un p’tit tour sur La Rochelle ou sur Royan. Cette année j’ai encore loupé Michelaise lorsqu’elle est passée à Poitiers, mais ce n’est que partie remise !
    Pour les blogs, le principal est celui de Lulu Sorcière, j’y mets un peu tout et ensuite je range. Dans Lulu Archive, je détaille parfois et je vais détailler encore les crimes du coin, j’ai des histoires extraordinaires qu’il faut mettre en mots.
    Dans Materne’Elles, je mets les p’tites histoires de maternité, c’est un peu en veilleuse, mais un p’tit kekchose me dit que je vais être plus bavarde…. Lulu s’amuse c’est pour les photos de mon faisant-fonction-de-gendre Ludo mais c’est en veilleuse !
    A très bientôt !

    RépondreSupprimer
  3. Ah triste histoire d'empoisonneur qui en retour, par justice, ne le fut point assez...
    Il en fut d'autres qui ont trouvé grâce, en matière d'empoisonnement... dont la "Bonne Dame de Loudun" ... Va savoir ?... Elle aussi a emmené son mystère dans sa tombe...
    Eh bien tout ça, ne m'empêchera pas de manger avec mon épouse, soupes chaudes en hiver, voyez-vous !...

    RépondreSupprimer