vendredi 23 août 2013

La colère du fou - Lulu Sorcière Archive dans Centre Presse - 23/08/2013.



C’est arrivé à Senillé le 26 Germinal de l’an IV (26 mars 1796).
Se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment…
  Antoine COUDREAU va mal, très mal, ça fait cinq à six jours déjà que tout le monde le voit errer, délirer, âgé de 50 ans, il est blatier, c’est-à-dire marchand de blé, farinier.  Ce samedi-là, près de la Fontaine aux Roches, sur la route de Châtellerault, il croise Anne HYVERT, sa voisine depuis 20 ans, la femme JOUBERT, le métayer du Grand Poirier.
 Le sent-elle menaçant ? Lui fait-il pitié ? 
"Mangez mon pain COUDREAU." seront ses dernières paroles,
 entendues par les trois témoins qui se trouvent alentours (Jeanne JOUBERT, Marie PRIEUR et Madeleine MEUNIER). 
A peine les a-t-elle prononcées, que COUDREAU se jette sur elle, la renverse à terre et armé d’une pierre trouvée à portée de main, il s'acharne sur son visage, sur son corps.
Violence inouïe de l'agression, force de l'agresseur ?
 Malgré l'intervention rapide des témoins, Anne est grièvement blessée. Transportée chez elle, elle y décède rapidement. 

COUDREAU lui, s'est enfui.
 On le retrouve dans sa maison, chantant, délirant, agité, impossible à entendre.  
Il est arrêté.
Au premier interrogatoire, en prison, on en sait un peu plus. Antoine COUDREAU dit avoir entendu un ordre venu d'en haut. Il a frappé en disant 
" C'est la colère de Maman qui vous frappa".
COUDREAU confirme bien qu'Anne est sa voisine depuis 20 ans, puis se mure dans le silence. 
Au second interrogatoire, il semble y voir plus clair, parait plus calme, parle de sa santé. Depuis un an, il souffre de "pesanteurs de stomach" qui lui font courir la campagne. Il semble avoir conscience de ses troubles mentaux. 
En prison, il va sans doute mettre une belle pagaille, car ses actes de folie sont mentionnés avec insistance. 
Fou à lier.... 
A tel point qu'il ne sera pas jugé.
Cette histoire interpelle à plusieurs titres :
 -  Quelle est donc cette "colère de Maman" ? Et qui est Maman ? Ne cache-t-elle pas un secret entre les deux familles, un de ces si nombreux différents de voisinage qui furent à l'époque et sont encore aujourd'hui trop souvent à l'origine de gestes criminels ?
COUDREAU est farinier... Et si c'était la farine qui l'avait rendu fou ?
Si l’ergot de seigle, ce parasite du blé, avait contaminé le pain du farinier au point de provoquer ces douleurs de stomach, au point de le rendre fou ?
Aliéné par un parasite !
Infections, intoxications, la folie d’hier n’est pas toujours celle d’aujourd’hui !
Elle est ici reconnue. Notée, précisée. Elle change le regard de la justice et amène à suspendre le procès.
Nous sommes à l'époque de la Révolution. Depuis trois ans déjà  le Dr Pinel déchaine les liens des aliénés, arrête les mauvais traitements, change le regard porté sur la folie.
Ce procès est sans doute l'illustration de cette nouvelle approche...
-------
Source : ADV Cote L SUPPL 405
------



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire