mercredi 8 février 2012

CSR Poitiers - 8 à 10 Frimaire An II



Les conditions de santé se dégradent, en attendant l'infirmerie certains malades sont renvoyés chez eux.. Le CSR renvoie à domicile les malportants encombrants. Réquisition du sucre du Sieur Supervieille. 
--------------
8 Frimaire An 2. 
L'officier de santé Bussac avise le CSR que la citoyenne Laporte est en danger pour sa vie. Elle est remise en liberté avec ordre de rester chez elle et de ne voir que les officiers de santé. 
Lettre du CR de Thouars contre Guichardière président du district de Bressuire." D'après cette lettre il parait que ce particulier qui demeure chez le citoyen de la Brousse, rue Ste Opportune en cette ville, n'avait donné sa démission de président qu'à fin de pouvoir flotter entre les deux parties, qu'il s'est retiré à Chatillon où il a vécu au milieu des Brigands sans qu'il soit rien arrivé de désagréable, ce qui annonce une forte connivence et même d'intérêt. Il a demandé en conséquence que cet homme fut mis en état d'arrestation, que son interrogatoire fut pris et que l'apposition des scellés eut lieu sur tous ses papiers et effets". Barbot se charge de l'opération.
Le citoyen Laurence chargé des affaires de faillite demande la libération temporaire pendant 8  jours de dame Labarre pour terminer ses affaires avec ses filles. 
La citoyenne Pasquier dite Fanchette de Thuré est déclarée non coupable et remise en liberté. 
 "Sur la pétition des citoyennes Richard le comité voulant concilier les droits de l'humanité avec la sévérité de ses principes et de ses devoirs et attendu qu'il est constant que les citoyennes Richard ont à leur charge et surveillance sept neveux dont la mère est en amérique, arrete que Charlotte Richard demeurera en arrestation chez elle sans pouvoir communiquer avec personne du dehors et sa soeur Richard ainée se rendra aussitôt la publication de l'arrêté du comité en état d'arrestation dans la maison qui lui sera indiquée."
" Le comité remis de nouveau aux citoyens composant le conseil général du département de la Vienne, et en présence du citoyen Ingrand représentant du peuple, le citoyen Cheneviere et Giraud ont rendu compte de l'aperçu de leurs  opérations  relativement à leur présentation chez tous les notaires et autres officiers publics de cette commune pour y faire latrie (?) de tous les titres concernant  et les rentes en argent et les prestations en nature, apartenant tant au cydevant clergé qu'à tous les émigrés. Ils ont fait sentir de quel intérêt il est pour la chose publique de faire disparaitre  jusqu'aux dernières traces de féodalité et de tout ce qui peut avoir  rapport soit au cidevant clergé soit à la cidevant noblesse et d'anéantir pour toujours ce qui peut encore rappeler la vénalité des charges en outre né de la Barbarie des siècles ainsi que de la fiscalité de l'ancien Régime. 
Il est résulté de ce rapport qu'il était de la plus haute importance que la commission dont les dits citoyens Chenevière et Giraud ont été chargés fut étendue à toutes les communes du département. 
Le conseil général du département de la Vienne, réuni au comité et en présence du citoyen Ingrand représentant du peuple, après avoir délibéré sur cet objet, reconnaissant qu'il serait très difficile pour ne pas dire impossible de confier la mission dont ils se sont chargés à des mains  plus habiles, ont unanimement arrêté que les dits commissaires seraient invités et priés de continuer leurs travaux importants dans toute l'étendue du département de la Vienne avec tout pouvoir à cet effet et qu'il était doté de remerciements. Il a aussi été arrêté qu'il en serait écrit au comité des finances de la convention nationale pour lui faire part des opérations des dits commissaires ainsi que des avantages incalculables qui en résulterons pour la République avec invitation à faire rendre un décret général à ce sujet. "
------------------
9 Frimaire An 2. 
Le cas Guichardière : L'enquête de Barbot montre son patriotisme. Nombreuses lettres et témoignages. Remis en liberté avec assignation à résidence. 
La femme Lussac demande une permission pour déplacer ses meubles et ses enfants . Accordé. 
La femme Boismorin demande à faire assembler le tribunal de famille  pour terminer une affaire avec son mari chez le sieur Giraudeau père d'émigré. Refusé
Marthe Pouillé arrêtée à Airvault. A reçu des paquets d'un soit disant inconnu en pleine rue. Affaire renvoyée sur Thouars plus à même de juger de la bonne fois de Marthe Pouillé. 
Babinet de Beaumont. Assigné à résidence. 

-------------
10 Frimaire An 2. 
Le citoyen Clément substitut du procureur de Poitiers, invite le comité à arrêter tous les certificats de civisme qui ont pu être délivrés aux notaires de cette ville attendu que plusieurs d'entre eux paraissent avoir prêté leurs noms à leurs confrères destitués. 
Aucun certificat de civisme ne sera plus visé. 
DULYS habitant de Croutelle a été guillotiné à Angers, pour avoir été pris parmi les rebelles de la Vendée. On ordonne "l'arrestation de la femme de ce scélérat qui pourrait être complice de ses forfaits. Ordre d'arrestation de cette femme et de ses enfants si elle en a" et appostion des scellés
Bussac officier de santé informe que les citoyennes Guignard fille et Guimbert sont très malades. Remises en liberté, car elles ne sont point nobles. 
Sucre :
"Un membre a dit que dans les visites domiciliaires qu'il avait fait il avait trouvé dans la maison du Sieur Supervielle détenu à la maison dite de la visitation, une grande quantité de sucre, et qu'après lui avoir laissé une bonne provision il avait cru devoir en faire enlever trois pains, pour être distribués à ceux qui en manquent. Il a demandé en conséquence qu'il fut pris une partie à cet égard. Le comité sur ce rapport a arrêté que les trois pains de sucre dont il s'agit, seraient envoyés à la municipalité de Poitiers pour être distribués par elle aux citoyens qui en ont besoin et que le prix aux maximum qui en proviendrait sera versé entre les mains de la citoyenne Supervielle qui en donnera décharge et dont la municipalité est invitée à passer copie au comité.....
Petition de la femme Beige et de sa fille. Demande de certificat de civisme. Mère et enfant d'émigré. 
Pétition de la femme Genouillé détenue aux Pénitentes parce qu'elle le demande qui lui soit amené des effets dont elle a absolument besoin ainsi que sa fille pendant l'hiver. 
Affaire de la Veuve GALLOT de Mirebeau : a obtenu un certificat d'un grand nombre de citoyens attestant qu'elle est patriote.  Mise en liberté. 
Femme Moysem doit obtenir un certificat de civisme. 
Femme Desminière a la permission de rester chez elle, certificat de Bussac qu'elle est très mal. 
Femme Choquin restera chez elle jusqu'à ce qu'il y ait une infirmerie. 
Pétition de Chesnon, prêtre de Chinon veut déposer toutes ses lettres d'ordre Ecclésiastique. 
Supervielle ne sera réintégré que dans 8 jours. 
La citoyenne Tullier Veuve Pradel, agée de plus de quatre vingt ans demande à rester chez elle. Accordé, mais ne pourra parler qu'à Bourgeois commandant de la place. 
Pétitioin de Hirland de Beaumont demande à rester chez lui en raison de son grand age. Accordé. 
------------------

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire