jeudi 5 janvier 2012

Quand le CSR doute - Poitiers - 16 Octobre 1793.


Séance du 16 Octobre. 
Membres présents : Thibaudeau, Planier, Hindré, Barbot, Giraud, Bobin, Maltête. 



- Lettre aux représentants des communes près l'armée des côtes de la Rochelle :








"Le comité a écrit aux représentants pour les instruire qu'il poursuit sans relâche les aristocrates, qu'il fait guerre ouverte aux modérés, ainsi qu'aux administrations et magistrats perfides du peuple que déjà les prisons sont remplies de gens suspects, de maires, juges de paix, qu'il a écrit aux six districts de ce département de faire préparer les bâtiments pour les gens déclarés suspects par la loi du 12 Aout et du 17 septembre, qu'il se disposait aussi à faire partir pour Châteauroux les prêtres détenus, lorsque quelques papiers nouvelles lui ont annoncé un décret de la Convention nationale qui condamnait à la peine de mort tout prêtre qui n'aurait pas prêté le serment de l'égalité et de la liberté; pour quoi il a suspendu leur transport jusqu'à ce qu'il lui ait été assuré par eux que la loi dont il est question n'existe pas. 







Il leur communique l'embarras où il se trouve quant à l'execution  de la loi du 12 Aout et du 17 septembre  dernier qui exige la détention des parens d'émigrés, vu qu'il en est beaucoup d'un âge avancé, accablés d'infirmités; d'autres , les mères surtout qui ayant 4, 5 ou 6 enfants  en bas âge, demandent avec instance de n'en être pas séparées : il croit qu'on pourrait laisser les uns et les autres en arrestation dans leurs maisons, sous la garde de quelques pères de famille payés par eux.






Le comité leur observe encore que depuis longtemps il leur a demandé la prolongation de son existence, et que s'il ne se fût pas cru suffisamment  autorisé par cette phrase de leur dernière lettre  " Continuez à poursuivre les aristocrates." il aurait dès le dix de ce mois, cessé d'exercer sa surveillance révolutionnaire. Pour quoi il les prie de déclarer authentiquement que le comité de surveillance et révolutionnaire du département de la Vienne est prorogé jusqu'à telle époque qu'il leur plaira de désigner ." 
Signé Planier. 


----------
Note de Lulu Sorcière : 
Je reprends la lecture et le partage de ce registre passionnant. 
Pour aller à l'essentiel et avancer, tout n'est pas repris mot pour mot. Lorsque c'est le cas, en particulier pour cette lettre j'ajoute des guillemets. 
Nous y voyons monter la terreur, nous percevons le désarroi du comité révolutionnaire, bien encombré de toutes ces arrestations, doutant de certaines instructions (peine de mort pour les prêtres)...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire