jeudi 6 octobre 2011

Lulu a lu La Revue Française de Généalogie Octobre 2011-




J’attendais sa parution  avec un peu plus d’impatience que d’habitude… En effet ce mois d’Octobre, la Revue Française de Généalogie (RFG) me parle de mes racines à moi.
 La Retirada…
L’exil des Républicains espagnols vers la France. Article de Coralie Pailhes, généalogiste familiale. 
Irrémédiablement, sur ces vieilles photos, je cherche mon père enfant, mon grand-père combattant et ma grand-mère... Ah ma grand-mère, une princesse amoureuse d'un révolutionnaire... Elle me prenait sur ses genoux, ouvrait sa vieille boite en fer où trainaient quelques pesetas républicaines, et me racontait comment elle cacha ses modestes bijoux dans la montagne plutôt que de les donner à la police française qui tout en accueillant les réfugiés, leur prenait tout…

Où est-il mon grand-père, ce combattant de la liberté qu’on entoura de barbelés sur la plage d’Argelès en plein hiver 39  ? Croiserai-je un jour son regard au détour d’un article illustré d’une de ces si poignantes photos jaunies de l’exil ?
L’article raconte pudiquement, trop pudiquement sans doute …  la douleur de ces camps, Argelès, Gurs, Vernet, Septfonds,  la violence des autorités françaises, la séparation brutale des familles, les hommes sur la plage, les femmes et les enfants séparés, emmenés, vite, plus loin, ailleurs, où ? Leurs enfants se sont souvenus douloureusement, et longtemps on ne les a pas entendus raconter les camps …
Bientôt, trop vite,  une autre guerre allait savoir faire pire en matière de camp, de déportation jusqu’à l’extermination, passant sous silence l’épisode de la Retirada, épisode de mon histoire, de notre histoire de France.
Les Espagnols prendront leur part dans la Résistance et la libération.

Cet article raconte aussi l'Espoir.
  Solidarité, générosité, entraide populaire, éducation, culture, des hommes des femmes, des instituteurs, des droits, des lois, des aides permirent à ce peuple d’émigrés (500 000) arrivés massivement, une intégration dont ils restent fiers,  hissant haut les enfants et petits enfants de la Retirada sur l’échelle de la réussite républicaine, l'utopie au coeur…. .
-----
La RFG me donne à connaître aussi des candidats aux primaires, parmi eux, en écho au chapitre précédent, Valls le Catalan fils de républicain espagnol et Montebourg l'autre beau gosse, est-ce pour le ton de sa voix, pour son nom, ou son beau mariage,  qu’on l’affuble parfois d’une particule ? Ce n’est pas au beau linge qu’il doit son patronyme Montebourg, mais au destin d’un ancêtre enfant abandonné dans le tour de l'hospice d'Autun en Saône et Loire, que l’on nomma arbitrairement, comme tant d’autres à l’époque, du nom d’un  village.
Posted by Picasa
--------------
Pour aller plus loin...


Parmi  les références bibliographiques que vous trouverez  dans l'excellent article de  Coralie Pailhes, 
un livre incontournable :
Républicains Espagnols en Midi Pyrénées aux Presses Universitaires du Mirail. 
Dans le pêle-mêle quelques photos parmi les nombreuses de ce livre, et en particulier celles de la plage d'Argelès avant la construction du camp par les internés. 


3 commentaires:

  1. Je l'ai reçu avec mon abonnement. Je vais lire ça avec encore plus d'attention que d'habitude ;-)
    Bonne soirée Lulu.

    RépondreSupprimer
  2. Jamais je n'ai entendu parler de ces camps. Les seuls échos que j'ai eus de l'Espagne, il y a longtemps émanaient de deux collègues de travail, des soeurs, qui racontaient que leurs parents avaient dû venir en France chassés par Franco, que leur père, plus jeune, trouvait, tous les matins, des morts sur la plage ... c'est tout. Mais les camps !!!

    RépondreSupprimer
  3. Moi non plus ...C'est terrible ,je n'ai pas d'autres mots ...

    RépondreSupprimer