mercredi 2 février 2011

Availles-en-Châtellerault - L'épicerie.


"En relisant l'histoire de l'épicerie d'Availles, je peux te préciser que lorsque j'allais à l'école communale en classe chez Mlle Pain ou Mr Berthon, je ne me rappelle plus, cette épicerie était tenue par Mr et Mme MERCIER.

C'est à l'épicerie qu'on installa la première cabine téléphonique. "
--------


Ce témoignage du p'tit R.M, un ancien de la communale d'Availles, nous permet d'apporter quelques précisions au sujet de l'épicerie. R.M était bon élève ( je le sais, j'ai vu ses cahiers), et en sortant de l'école, il s'achetait des bonbons.




Ce n'était pas encore le temps des Coco boher et des mistral gagnant. Mais déjà celui des caramels à 1F. ------------------








En 1910, elle était tenue en blouse blanche par Raoul Bernard qui est aussi le cordonnier du village !



Une vue de la place du village, où on l'aperçoit en arrière plan.
Elle est devenue aujourd'hui maison d'habitation. Dans le bourg, on trouve toujours une épicerie, mais  également une boulangerie, un coiffeur, et une pharmacie. Il n'y a plus de cordonnier ;-(


Un p'tit aperçu des artisans du village au fil des actes (mise à jour progressive).



Epicier : NOYER Pierre1886 - Raoul BERNARD 1910 - MERCIER 1946 -



Tisserand : ROUGET Joseph 1886



Cabaretier : ROUX Pierre 1883

Boucher : BONNEREAU Auguste 1886



Maréchal Ferrand : ROBIN Alfred 1887



Sabotier : ROBIN Jean Charles 1887



Garde Champêtre : COGNE Barthélémy 1888



Cantonnier : DUVERGER Jacques 1890



Cordonnier : DUVERGER Alphonse 1890



Sage Femme : ADHUMEAU Marie 1893


Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !




12 commentaires:

  1. J'adore ces cartes postales de petits villages, "avant" qu'on en fasse des attrappe-touristes pleins de convention...

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi je les adore, bien qu'elles soient désormais hors de prix ! Il arrive qu'on identifie les personnes présentes et alors ça c'est un régal !
    Bises.

    RépondreSupprimer
  3. Je me souviens très bien de l'épicier du bout de ma rue lorsque j'étais enfant, c'était à Roanne. Il s'appelait Monsieur Desfemmes (je ne connais pas l'origine de ce nom de famille) et lui portait une blouse grise en gros drap, l'épicerie se trouvait dans l'angle de la rue Marceau et du boulevard Mulsan.
    J'étais en panne de ligne téléphonique depuis trois jours.

    RépondreSupprimer
  4. tout pareil, j'aime bien les vieilles cartes postales représentant mon bled d'origine par exemple, celui où est né mon père et celui où je suis depuis plus de 30 ans mais c'est pas pareil car ce n'est pas celui où je suis née.

    RépondreSupprimer
  5. Il s'agit d'un bien joli blog !!!
    Merci pour vos félicitations ! J'ai moi-aussi un Nicolas ou Collas HERBAULT, recouvreur, +1643 à CHENEVELLES, époux de GAUVAIN Fulgente. J'ai aussi un HERBAULT, vicaire à BOURESSE en 1762 !
    GénéaBlog86

    RépondreSupprimer
  6. Un bien joli blog !!!
    Merci pour vos félicitations ! J'ai moi-aussi un Nicolas ou Collas HERBAULT, recouvreur, +1643 à CHENEVELLES, époux de GAUVAIN Fulgente. J'ai aussi un HERBAULT, vicaire à BOURESSE en 1762 !

    RépondreSupprimer
  7. Merci Anthony et bienvenue ! Ton blog que j'ai découvert hier, est un trésor qui mérite vraiment les honneurs, bravo !
    Chenevelles est un "nid" de Herbault, nous partageons ce Nicolas et cette Fulgente. C'est son fils Jean marié à une Courtois Jeanne qui prend la suite de mon coté.
    Décidément Chenevelles me tire par la manche, je vais m'y remettre, et y retourner. On est très bien accueilli à la mairie, où j'étais allée photographier les vieux registres, aux temps préhistoriques où les archives en ligne n'existaient pas.
    Au plaisir de te lire et à bientôt.
    Amicalement.

    RépondreSupprimer
  8. Je pense qu'il y a eu deux générations de "Bonnereau" boucher,ils étaient même marchands de vaches - ça va ensemble- un des derniers à &t& un dénommé ROBIN et le dernier LADONSKI Jean. Bises

    RépondreSupprimer
  9. Merci Régis, je vais ajouter ces infos. Bonnerau Auguste est il me semble de tous les témoignages du registre des naissances et des décès !
    Est ce que c'est la bonne pièce de 1F ??
    Bises.

    RépondreSupprimer
  10. C'est extraordinaire d'avoir des témoignages comme celui de Régis, de pouvoir mettre des noms sur les personnes des cartes postales (de plus en plus chères, depuis 2009 ;-), car elles sont de plus en plus demandées). J'en rêve pour mes villages de l'Yonne.

    RépondreSupprimer
  11. Oui, c'est une chance, et c'est sympa d'encourager l'évocation, parce que pour moi, pour toi, pour Régis, on a souvent l'impression que c'est pas encore le moment, que c'est trop tôt, et finalement... il est temps.
    J'ai quand même vu ma grand-mère nouer sa gaine, me faire des cataplasmes à la moutarde, me mettre de la pommade vicks, et poser des ventouses au grand-père ! Je pourrai faire entre autres, un p'tit catalogue de la médecine de mon enfance qui paraitrait bien moyen-ageuse ! Et pourtant j'ai eu une naissance avant-gardiste !
    Les cartes postales, j'ai laissé tomber, c'est autour de 70 euros la carte et celles d'Availles sont introuvables. Je préfère m'acheter des vieux livres c'est moins cher !
    Bises

    RépondreSupprimer
  12. Bonsoir
    J'ai bien connu tout ces vieux remèdes,ils existaient partout (je n'ai aucune origine du Poitou)et cela m'a fait plaisir de les lire et....les souvenirs reviennent....bahhhh les cataplasmes!!!
    Et oui ce sont les bonnes pièces de "1 franc",ayant moi même aussi achetée ces caramels qui d'ailleurs n'étaient pas si bons que ça mais dont on se régalait!

    RépondreSupprimer